vendredi 28 décembre 2018

L’hiver du mécontentement de Thomas B. Reverdy


Candice a 20 ans. Elle livre des mauvaises nouvelles à vélo dans l’Angleterre de la fin des années 70. En parallèle, elle suit des études de théâtre et jouera Richard III de Shakespeare. A l’heure des grandes grèves de l’Angleterre, Candice n’a pas l’âme d’une révolutionnaire mais elle attend et espère secrètement qu’un changement s’opère. Alors, lorsque le mouvement parti de Ford à Langley s’étend aux transports, aux étudiants, aux ouvriers, aux mineurs…Elle ose enfin lancer ses tracts dans les bourrasques. Candice représente la jeunesse des années 80 en Europe. Une jeunesse atone, sans chemin à suivre et sans trop d’espoir que cela change. Elle rencontre John Jones, musicien sans un sou. Deux êtres de solitude avec la musique comme langage : celui qui fait taire le silence du soir et qui permet de dire « les gens comme ils vont et les choses comme elles arrivent » (p.213).
Cet hiver britannique de 1979 marque la montée du libéralisme économique, l’arrivée au pouvoir de Margaret Thatcher, alias Tina (There is no alternative) et annonce les bouleversements économiques et sociaux des décennies suivantes. La pièce de Shakespeare, Richard III, donne une jolie toile de fond à cette réflexion sur le pouvoir, l’humiliation des faibles par les forts, la soumission, la lâcheté, la résistance. Cette valse-hésitation entre la haine et l’amour. (p.84) : « En fait, c’est l’amour et la haine réunis. C’est cela, le pouvoir ».
Tout n’est que lutte : dans les rapports sociaux, dans le travail, dans la création artistique. Au sein même de la famille : lutte pour trouver sa place, lutte pour fuir la violence. Candice et son regard sans concession sur la famille, sur les non-choix, la peur, la duplicité. (p.82) : « c’était un tout notre enfance. L’excuser, elle, pour l’accuser, lui, ça ne marche pas en fin de compte. Elle a laissé faire, voilà. Et même pour supporter ça, il a fallu qu’elle l’excuse bien des fois. Qu’elle l’aime sans doute, ce qui fait d’elle une sorte de complice - à la fois victime et complice ».
L’hiver du mécontentement, le vent de la révolte, la tempête des possibles ?


Aucun commentaire:

Publier un commentaire