samedi 11 novembre 2017

Récidive de Sonja Delzongle

Couverture : Tim Robinson
Les lecteurs de Sonja Delzongle vont enfin en savoir plus sur Hanah Baxter. Déjà présente dans Dust et Quand la neige danse, la profileuse est, cette fois, rattrapée par son histoire familiale. Française, originaire de Saint-Malo, la jeune femme s’est installée à New York pour fuir son passé. Son père Erwan Kardec a passé 25 ans en prison, pour le meurtre de sa femme. Condamné sur dénonciation d’Hanah, alors âgée de 13 ans. Mais, Erwan Kardec vient d’être libéré pour raison de santé : cancer de la prostate, en phase terminale. Peu lui importe sa mort prochaine, Erwan Kardec s’est juré de se venger. C’est une idée fixe, la seule qui le maintient en vie : tuer sa fille. De toute façon, la mort, Erwan Kardec a ça dans le sang. Il aime le moment où la vie s’échappe, le pouvoir de reprendre ce que Dieu ou l’Univers a donné. Un peu mégalo, Erwan ? Un peu (beaucoup) perdu entre le bien et le mal. Entre vivre ses pulsions ou les réfréner. Sonja Delzongle s’amuse à entremêler les trajectoires de ses personnages. Hanah et son père, Yvan le capitaine de gendarmerie, fils du précédent capitaine, et Alexandre, le médecin légiste. Elle teinte le tout de mysticisme : rêves, hypnose, radiesthésie. Ce n’est pas un hasard si le livre se déroule en Bretagne, terre de légendes et de naufrages. Celui du Hilda, un paquebot fracassé sur les récifs au large de l’île de Cézembre, le 18 novembre 1905. 134 personnes à bord. 6 rescapés. Des flashbacks, une chronologie décalée entre les chapitres, Sonja Delzongle se joue de nous, comme un chat d’une souris. Si l’intrigue peut paraître simple, elle pose des questions bien plus complexes. Au-delà du plaisir de tuer, c’est la question de la capacité de tuer qui est soulevée. Serions-nous capable de tuer quelqu’un ? Suffit-il d’en être capable une seule fois ? Il est aussi question de filiation. La violence se transmet-elle ? Peut-on se défaire de la violence du père ? Comment lutter contre le poison ? Récidive évoque aussi le thème de l’identité. Sommes-nous d’un pays, d’une ville ? Notre identité est-elle définie par notre nom ? Notre histoire ? Ou sommes-nous uniquement ce que nous décidons d’être ?


Aucun commentaire:

Publier un commentaire