lundi 28 décembre 2015

Juste avant l’oubli d’Alice Zeniter



Un écrivain célèbre, mystérieusement disparu, est devenu l’objet d’un véritable culte de ses lecteurs. Une jeune femme, qui prépare une thèse sur cet auteur, est chargée d’organiser un cycle de conférence sur une ile déserte des Hébrides, lieu de la disparition du maître. Ce qui part comme un polar, est en fait un roman sur l’amour. L’amour au sein du couple tout d’abord. Celui de cette jeune femme et de son compagnon infirmier. L’amour de la lecture ensuite. Et ce rapport du lecteur à l'auteur. Une relation ici ambiguë, déraisonnée, presque sectaire. Mais aussi, en creux, l’amour de l’écriture et la solitude qu’il peut engendrer. Jusqu'à l'exil le plus absolu. Juste avant l'oubli est surtout une véritable autopsie du couple. Et Alice Zeniter n’a pas son pareil pour disséquer les relations entre homme et femme. Comment deux êtres amoureux se perdent de vue, divergent dans leurs aspirations. Les non-dits, les attentes non comblées. La communication doit toujours être au cœur de la relation amoureuse. Et pourtant, qui n’a pas souhaité, espéré, que l’autre puisse deviner seul, ses pensées et ses attentes les plus intimes, sans avoir à les formuler ? La magie de la connexion entre deux êtres… Chimère romantique ! Peut-on alors sérieusement reprocher à son partenaire de ne pas entendre nos souhaits secrets ? Des questions subtilement suggérées par Alice Zeniter dans ce roman doux-amer.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire