lundi 4 juillet 2016

Liseuse de bonne aventure

J'ai eu le plaisir fou de participer à Charivari à Villeurbanne le week-end dernier, dans le cadre des liseuses de bonne aventure. J'avais choisi de lire deux textes de Sorj Chalandon, issus de Mon Traître et Retour à Killybegs. Pour préparer cette lecture, je me suis entraînée chez moi en lisant et relisant les deux extraits, car je n'avais jamais lu en public. Durant près de trois semaines, j'ai vécu, respiré avec ces textes. Je suis aujourd'hui un peu triste de les laisser. Pour ne pas les abandonner tout à fait, j'ai décidé de retranscrire ici le passage qui m'a sans doute le plus bouleversée :

"Le regard d'Antoine a été l'un des plus beaux jamais portés sur moi, et aussi l'un des derniers.
Lorsque le petit Français me regardait, je m'aimais. Je m'aimais dans ce qu'il croyait de moi, dans ce qu'il disait de moi, dans ce qu'il espérait. Je m'aimais lorsqu'il marchait à mes côtés comme l'aide de camp d'un général. Lorsqu'il prenait soin de moi. Qu'il me protégeait de son innocence. Je m'aimais dans ses attentions, dans la fierté qu'il me portait. Je m'aimais, dans cette dignité qu'il me prêtait, dans ce courage, dans cet honneur. J'aimais de lui tout ce que son coeur disait de moi. Lorsqu'Antoine me regardait, il voyait le Fianna triomphant, le compagnon de Tom Williams, le rebelle de Crumlin, l'insoumis de Long Kesh. Lorsqu'il me regardait, Danny Finley était vivant."

                                                                                   Sorj CHALANDON
                                                                                    Retour à Killybegs


Aucun commentaire:

Publier un commentaire