mardi 19 mai 2015

Dans les forets de Sibérie de Sylvain Tesson

couv : Sylvain Tesson
Il est des livres qui fonctionnent comme des parenthèses : une pause dans la vie qui ajoute du sens. Avec sa cabane perdue dans la Taïga, Sylvain Tesson nous prend par la main et nous emmène visiter sa vie intérieure. Ce faisant, il emplit la nôtre d’un nouvel éclairage. En le suivant, seul au fin fond de la Sibérie, nous effectuons nous aussi le chemin intérieur. Ses réflexions philosophiques émaillées de vodka nous ouvrent d’autres horizons. Cette phrase : « Je vais enfin savoir si j’ai une vie intérieure » résume le livre. C’est pour cela que Sylvain Tesson s’isole du monde, dans la glace du Lac Baïkal. Et il nous pose la question : Sommes-nous capables de nous supporter loin de la fureur du monde ? Ce qui peut paraitre un luxe, peut aussi se révéler un enfer. Une aventure très soigneusement préparée. Chaque détail compte quand vous devez survivre par -40°C, seul, dans une cabane sans eau ni électricité. Les livres sont aussi vitaux que les vivres et le matériel de secours. D’ailleurs, sa liste de livres emmenés pour remplir ses 6 mois de solitudes, plus que saugrenue, s’avère être au final, la liste idéale pour lui. Sans doute se connaissait-il déjà très bien avant de partir. Personnellement, je crois que je ne passerais même pas cette étape de préparation ! Pour trois semaines de vacances, j’ai déjà un mal fou à choisir quels livres emporter… alors six mois, loin de toute civilisation…

Dans les forêts de Sibérie n’est pas seulement le journal de bord d’un naufragé volontaire, heureusement !! Ce serait un peu réducteur… C’est surtout une réflexion profonde sur notre rapport à la nature, aux autres, sur le sens de la vie et le retour nécessaire à un peu de (bon) sens. Tout cela bien imbibé de vodka (nous sommes en Russie tout de même !) et enrobé du formidable humour de Sylvain Tesson. Servir bien frais !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire