lundi 9 mars 2015

La ferme de Tom Rob Smith

Couverture : plainpicture /
 Mohamed Itai
Grosse déception !! J'avais dévoré le premier roman de Tom Rob Smith, Enfant 44. Un polar sous le régime de Staline. Une enquête haletante sous un régime de terreur, où tout le monde suspecte tout le monde. Une pression constante admirablement bien retranscrite. Dans La Ferme, changement de décor... Direction la Scandinavie, pour une histoire inspirée de la propre vie de l'auteur. Les parents de Daniel, 29 ans, décident de quitter l'Angleterre pour acheter une ferme en Suède, pays de naissance de la mère. Mais rien ne se passe comme prévu. Et le roman de Tom Rob Smith démarre plutôt bien. On est tout de suite happé par l'intrigue. Avec cette question redoutée par tous les enfants : avoir un jour à choisir entre son père ou sa mère. Daniel devra démêler le faux du vrai pour savoir si sa mère développe une paranoïa aiguë ou si son père cherche bien à la tuer... L'intrigue est très bien ficelée. On est placé dans la peau de Daniel et l'on doit se fier uniquement aux dires de la mère et du père pour tenter de trouver qui dit vrai. On retrouve une écriture très habile pour cultiver le mystère et faire monter la pression. Mais... (et oui il y a un mais... ) ce beau travail est complètement anéanti par un rebondissement sorti de nulle part. Une fin à l'emporte pièce. Bâclée. On ne comprend même pas comment Daniel arrive à sa conclusion finale. Et pire que tout, Tom Rob Smith se fend d'un post-face pour expliquer au lecteur la part de réel et d'imaginaire dans cette histoire. Mais pourquoi diable avoir écrit un roman dans ce cas ?


Aucun commentaire:

Publier un commentaire