mardi 17 décembre 2019

L’Impasse d’Antoine Choplin

couverture : Arnaud Tracol

Tchétchénie. Dans cette période trouble où la guerre s'éloigne et la paix tarde.
La guerre ne renonce jamais facilement. Elle dévore les hommes, ronge les esprits. La violence appelle la violence. La peur accroît la hargne et la barbarie. Difficile de faire homme dans le chaos. Il y a des hommes qui ne sont plus que soldats.
P.79 : « j’aurais plutôt envie, comment dire, de me retrouver. Me retrouver sous les décombres. Nous retrouver. Qu’on se souvienne de notre vraie matière d’homme. »
L’écriture d’Antoine Choplin est faite de silence autant que de mots. Et comme dans les regards d’un ami, ce sont les silences qui disent le plus. Antoine Choplin a le regard vif et le mot doux. Il saisit la haine, la cruauté, l’effroi et il s’attache à sauver la beauté, l’élégance, l’amitié. Au coeur du chaos, il place un jeu d'échecs, les sculptures de Giacometti, les notes d'un tambour Gaval... Il écrit ce qui réunit. Il rapproche les êtres que la guerre veut séparer.
Là dans les ruines, la barbarie se confronte à l’espérance. La peur du présent à la confiance en l’avenir.
Et tout au fond de l’impasse danse une hirondelle. On ne soupçonne pas l’effet que peut avoir, parfois, un battement d’aile au creux des ventres. 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire