mercredi 14 janvier 2015

Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier de Patrick Modiano


Pour qui apprécie l'univers et la mélodie de Patrick Modiano, ce nouveau roman confirme le talent exceptionnel de l'écrivain et les obsessions de l'homme : la recherche des origines, l'absence, les non-dits, le puzzle de l'histoire (grande et petite)… Jean Daragane vit quasi reclus chez lui. Mais un coup de téléphone va le projeter dans son propre passé. Une quête à la recherche de son enfance et de ses parents. On plonge alors avec lui dans un puzzle imparfait à la chronologie aléatoire. Forcément, on se perd avec lui dans les méandres de sa mémoire. Les noms propres, les rues, tous réels, rajoutent encore de l'épaisseur au roman. Car on le sait, Patrick Modiano recherche des noms et des adresses réels dans de vieux bottins, comme autant de bouteilles à la mer. Il confie espérer un retour, une lettre d'un lecteur qui a reconnu un aïeul. Et je suis particulièrement sensible à cette idée. J'aime penser à ces traces laissées par des gens de passage dans nos vies. Des paroles ou des rencontres éphémères mais qui ont changé notre trajectoire, modifié le cours de notre existence. Sans que la personne responsable ne soit jamais au courant. Les empreintes indélébiles, les non-dits, qui nous construisent malgré nous… Dans son discours du Prix Nobel, il a notamment confié, à propos de la période de l'occupation (il est né en 1945) : "Devant les silences de nos parents, nous avons tout deviné comme si nous l'avions vécu". Et sur le métier d'écrivain, il explique : "J'appartiens à une génération où on ne laissait pas parler les enfants. (Avec l'écriture) Vous espérez que les adultes vous liront. Ils seront obligés de vous écouter et ils sauront une fois pour toute, ce que vous avez sur le cœur". Ce sont les tours et détours de l'existence qui font aussi son charme. Et si en plus, on y ajoute la douce mélodie de Patrick Modiano… Alors la vie peut être dure, mélancolique, triste… mais bon sang, elle est aussi merveilleusement riche !



Aucun commentaire:

Publier un commentaire